> Pour aller plus loin
| Inscription Lettre d'information

La Spirée du Japon

Spiraea japonica L.f., 1782

Spirée du Japon (Spiraea japonica)

Elle s'invite dans les milieux naturels

Statut : Plante interdite par la réglementation

Règlement européen n°1143/2014 relatif à la prévention et à la gestion de l'introduction et de la propagation des espèces exotiques envahissantes

 

La spirée du Japon est un arbuste caduc apprécié en cultures ornementales pour la couleur rose de ses fleurs. Elles fleurissent de mai à juillet. Ses tiges sont brunes-rouges, dressées puis arquées. Ses feuilles sont alternes, lancéolées, généralement ovales, de 3 à 12 cm de long, en coin à la base et dentées. On reconnait la spirée du Japon des autres spirées asiatiques grâce à son inflorescence de fleurs roses en corymbe (toutes les fleurs sont disposées sur un même plan).

L’espèce a besoin d’humidité et d’ombrage pour s’installer. On la trouve en milieux forestiers tels que les lisières, les clairières ou les chablis, mais aussi en milieux riverains, parfois en tourbière, ainsi qu’en milieux dégradés tels que carrières, bords de routes et talus. Si la spirée du japon s'installe en plaine, elle montre une dynamique en montagne à faibles altitudes, où elle se rencontre notamment dans les estives envahies par la fougère aigle avec laquelle elle rentre en concurrence.

La colonisation des milieux naturels par la spirée du Japon n'est pas sans incidence écologique. Chaque plante produit plusieurs centaines de graines viables. Les graines sont dispersées par l’eau, le vent, les transports humains (bords de routes, pistes forestières, chantiers…) et les oiseaux. Une fois établie sur un milieu favorable, l’espèce forme des populations denses et monospécifiques par drageonnement et germination, notamment en sous-bois. Ses peuplements opaques modifient la structure et les conditions du milieu, au détriment des espèces autochtones végétales et animales. De plus, son rose soutenu à la floraison modifient l'aspect du paysage dans les milieux ouverts occupés.

 

L’espèce est originaire des montagnes du Japon.

En Europe et en Amérique du nord, la spirée du Japon a été introduite comme plante ornementale. C’est en 1853 qu’elle est introduite en France et qu’elle fait son apparition dans les jardins.

On la retrouve principalement dans les massifs montagnards, tels que les Alpes, le Massif central et les Pyrénées. Dans le piémont pyrénéen, on compte plusieurs populations isolées en Ariège, en Hautes-Pyrénées et en Pyrénées atlantiques. En plaine, elle est installée en zones humides, souvent boisées.

 

La plantation de la spirée du Japon est déconseillée en raison de ces impacts sur la biodiversité et les paysages, et des risques de dispersion par les oiseaux. Un pied planté dans un jardin est susceptible d’être la source de nouveaux foyers dans les milieux naturels.

Pour les grands foyers (> 100 m2), la méthode recommandée est la fauche ou le broyage des individus avant fructification. L’espèce produisant des rejets de souche après broyage ou fauchage, des interventions répétées dans l’année et sur plusieurs années sont nécessaires pour épuiser les réserves des individus et la banque de graines du sol.

Dans le cas d’un foyer plus modeste, un arrachage du système racinaire est envisageable. Il faut ensuite veiller à suivre le foyer pour arracher les reprises et les semis jusqu’à épuisement des individus et de la banque de graines du sol.

Les extrémités sont consommées en forêt par les chevreuils, au moins en hiver. Un pâturage des foyers, en complément d‘autres intervention, par exemple avec des chèvres, serait donc à tester. Après intervention, les résidus peuvent être laissés sur place en tas. Si les résidus contiennent fruits ou graines, il faudra alors prévoir une destruction de ces derniers. Les engins utilisés dans les zones envahies doivent être nettoyés sur place, pour ne pas propager les graines sur d’autres chantiers.

Contribuez au réseau de surveillance des plantes exotiques envahissantes

Transmettez vos observations et signalez les foyers problématiques

Consultez les clés de reconnaissance et tester vos connaissances grâce à des quizz images

Clé de reconnaisance des spirées exotiques

Téléchargez la clé de reconnaissance (620 ko)

Références bibliographiques

Vuillemot, 2018. CBNFC. Fiche Spirées ornementales. http://cbnfc-ori.org/sites/cbnfc-ori.org/files/documentaton/files/221_fiche-spirees_2018_web.pdf

Joly, 2004. Rapport de stage CBNPMP. Etude de plantes exotiques envahissantes en Midi-Pyrénées. Cas de la spirée du Japon (Spiraea japonica L. fil.) dans les Pyrénées centrales

 

 

Rédacteurs : Jean-Jules Joly (CBNPMP) et Alexandre Lorentz (CBNPMP)
Fiche réalisée dans le cadre de l'appel à projet connaissance sous-trame humide 2017-2018