> Pour aller plus loin
| Inscription Lettre d'information

Rôle des véhicules dans le déplacement des graines d’Ambroisies au bord des routes

 Ambroisie à feuilles d’armoise (Ambrosia artemisiifolia) - ©L.Lizet /CBNPMP

Les voies de communication peuvent fournir des habitats facilitant la dissémination des plantes exotiques envahissantes. En outre, les véhicules peuvent être des vecteurs de dispersion permettant la dissémination des propagules des plantes exotiques envahissantes, car les graines peuvent se fixer aux véhicules et le mouvement des véhicules peut augmenter l'écoulement de l’air et faciliter le mouvement des graines.

Ces deux scénarios peuvent permettre le transport des propagules à longue distance. Deux essais ont été menées avec Ambrosia artemisiifolia (Asteraceae: Liste OEPP de plantes exotiques envahissantes) pour évaluer la dispersion primaire le long d'un axe routier et la dispersion secondaire par le mouvement des véhicules. A. artemisiifolia est souvent trouvée le long des routes en Europe. Le site d'étude était l'état fédéral de Brandenburg (DE) qui a abrité de fortes populations d’A. artemisiifolia depuis le milieu des années 1800.

La dispersion primaire a été évaluée en plantant trois plantes proches de la maturité dans une parcelle arable, la végétation environnante étant éliminée. Les graines ont été capturées par un support adhésif placé sur le sol et la distance au parent a été mesurée. La dispersion secondaire des graines a été mesurée au cours d’un essai de marquage et recapture le long de trois axes routiers présentant différents volumes de circulation.

Pour chaque axe routier, 100 graines portant des marqueurs UV ont été placées à la surface de l'asphalte (à 30-40 cm du bord pour qu’elles soient proches des véhicules). Au bout de deux jours, les graines ont été recherchées à l’aide de lampes LED à UV, jusqu'à 500 m dans le sens de circulation et 50 m dans le sens contraire. La dispersion moyenne des graines à partir des spécimens plantés était de 0,39 m, et la dispersion secondaire par les véhicules atteignait jusqu’à 53,2 m sur les routes les plus fréquentées. Il est intéressant de noter que presque toutes les graines retrouvées étaient sur le bord plutôt que sur la surface de la route. Ces résultats peuvent être utilisés pour la gestion de l’espèce le long des routes, puisqu'ils indiquent qu’une coupe avant la mise en graine peut réduire le potentiel de dissémination.

Source: Lemke A, Kowarik I, von der Lippe M (2018) How traffic facilitates population expansion of invasive species along roads: the case of common ragweed in Germany. Journal of Applied Ecology DOI: 10.1111/1365-2664.13287.

Article 2018/208 du Service d’information OEPP repris intégralement : https://gd.eppo.int/media/data/reporting/rs-2018-10-fr.pdf