> Pour aller plus loin
| Inscription Lettre d'information

Pourquoi l’abondance des plantes natives et envahissantes varie-t-elle le long des rivières ?

Peuplement dominant de Balsamine de l’Himalaya (Impatiens glandulifera) sur une berge de la Save - ©J. Dao/CBNPMP

 

Les habitats riverains sont parmi les habitats les plus sensibles aux invasions par des plantes exotiques envahissantes en raison de leur nature transitionnelle, du fait qu’ils constituent un réseau de connexions et de l’historique des perturbations fluviales et humaines.

Impatiens glandulifera (Balsaminaceae ; Liste OEPP des plantes exotiques envahissantes) est une espèce commune le long des rivières en Europe. Il s’agit d’une espèce annuelle native de l’ouest de l’Himalaya, et largement répandue et envahissante dans la région OEPP.

En 2014, des prospections sur la végétation ont été conduites le long de 20 rivières à basse altitude dans le centre de l’Écosse, et la présence des espèces natives et non-natives ainsi que leur pourcentage de couverture ont été étudiés. En outre, des données environnementales ont été collectées sur chaque site.

Les résultats montrent que I. glandulifera est plus sensible aux conditions environnementales que la végétation native dominante. Une forte humidité du sol était un facteur déterminant de la couverture d’I. glandulifera, avec des effets négatifs sur l’ensemble de la zone riveraine. En ce qui concerne la répartition spatiale, I. glandulifera et la végétation native dominante répondaient différemment aux conditions environnementales. Les sites avec des berges escarpées présentaient moins de végétation native dominante au bord de l’eau, ce qui favorise potentiellement la couverture par I. glandulifera en limitant la compétition.

En général, une plus forte abondance de la végétation native dominante correspondait à une communauté plus résistante à l’invasion. Le maintien d’une forte abondance de végétation native dominante est un facteur clé pour empêcher la formation de larges populations monospécifiques d’I. glandulifera.

Source: Pattison Z, Vallejo-Marin M, Willby N (2018) Riverbanks as battlegrounds: Why does the abundance of native and invasive plants vary? Ecosystems, DOI: https://doi.org/10.1007/s10021-018-0288-3

Article 2018/168 du Service d’information OEPP repris intégralement : https://gd.eppo.int/media/data/reporting/rs-2018-08-fr.pdf