> Pour aller plus loin
| Inscription Lettre d'information

Le changement climatique augmente le risque de naturalisation des plantes de jardin en Europe

Entre leur entrée dans une nouvelle zone et leur établissement et dissémination, les plantes exotiques doivent surmonter des obstacles et des restrictions biotiques et abiotiques pour survivre et proliférer. Dans les conditions climatiques actuelles, de nombreuses plantes de jardin sont incapables de proliférer hors de leurs niches artificielles. Par contre, dans l’hypothèse d’un changement climatique, le nombre d’espèces adaptées aux nouvelles conditions climatiques pourrait augmenter, entraînant un plus grand nombre de naturalisations hors des jardins. Dans la présente étude, toutes les plantes vasculaires qui ne sont pas natives en Europe ont été sélectionnées dans la Flore européenne des jardins (‘European Garden Flora’). Parmi ces espèces, celles qui sont naturalisées ailleurs qu’en Europe ont été retenues (783 espèces au total). Des modèles de répartition ont été utilisés pour évaluer leur répartition potentielle en Europe en fonction de différents scénarios de changement climatique. Dans les conditions climatiques actuelles, 10 % de l’Europe conviennent du point de vue climatique à au moins 70 des espèces étudiées. Les points chauds climatiques se trouvent sur le littoral atlantique du Portugal, de l’Espagne, de la France et du sud des Îles britanniques, ainsi que sur le littoral méditerranéen de la péninsule des Balkans et de l’Europe du Sud. Dans l’hypothèse d’un changement climatique, la zone qui présente un climat adéquat pour ces espèces s’étend en fonction de l’amplitude du changement climatique. La zone dans laquelle le risque de naturalisation est élevé s’étend également en fonction du changement climatique ; dans le pire scénario, 68 % de l’Europe présente un risque de naturalisation élevé. Sur la base de ces scénarios potentiels, les auteurs soulignent l’importance de la sensibilisation des milieux horticoles aux invasions par les plantes en cas de changement climatique.

 

Source: Dullinger I, Wessely J, Bossdorf O, Dawson W, Essl F, Gattringer A, Klonner G, Kreft H, Kuttner M, Moser D, Pergl J, Pyšek P, Thuiller W, van Kleunen, Weigelt P, Winter M, Dullinger S (2017) Climate change will increase the naturalization risk from garden plants in Europe. Global Ecology and Biogeography 26, 43-53.

Article 2017/048 du Service d’information OEPP repris intégralement : http://archives.eppo.int/EPPOReporting/2017/Rsf-1702.pdf