> Pour aller plus loin
| Inscription Lettre d'information

Capacité reproductive de l’arbre envahissant Ailanthus altissima

Ailanthe (Ailanthus altissima) ©G.Coueron/CBNPMP

Ailanthus altissima (Simaroubaceae : Liste OEPP des plantes exotiques envahissantes), communément appelé « arbre du ciel », est un arbre de petite taille ou de taille moyenne (6–10 m de haut) natif d’Asie.

Dans sa zone d’introduction, les habitats envahis comprennent des prairies artificielles et naturelles, des forêts gérées et naturelles, et des bords de rivières et de canaux. A. altissima s’établit facilement sur les sites perturbés, tels que les bords de route et les fossés, particulièrement dans la zone méditerranéenne comme dans le sud de la France. Il s’agit de l’espèce ligneuse envahissante la plus largement répandue dans les zones boisées des Etats-Unis, où elle est présente partout où l’humidité est adéquate.

Dans la présente étude, 55 arbres femelles portant des graines ont été échantillonnés sur divers sites le long de couloirs de transport dans le centre-sud de la Pennsylvanie (Etats-Unis) entre 2011 et 2012. Les arbres ont été abattus et leur âge déterminé à partir d’une coupe transversale à hauteur de poitrine. Les graines ont été prélevées et étudiées au laboratoire.

Les données existantes sur la production de graines ont été combinées avec les nouvelles données recueillies. A. altissima a une longue période reproductive, qui dépasse 100 ans.

La viabilité des graines d’un individu de 104 ans atteignait 65% et chaque individu peut produire plus d’1 million de graines par an.

Les graines sont dispersées à longue distance par le vent et la lutte devrait donc se concentrer sur les arbres qui ne sont pas encore matures, avant qu’ils ne produisent des graines viables.

Source: Wickert K, O’Neal ES, Davis DD, Kasson MT (2017) Seed production, viability, and reproductive limits of the invasive Ailanthus altissima (Tree-of-Heaven) within invaded environments. Forests, DOI: 10.3390/f8070226.

Article 2017/143 du Service d’information OEPP repris intégralement : http://archives.eppo.int/EPPOReporting/2017/Rsf-1707.pdf